Actualités

18.06.2013

|

PIERRE-CHARLES

|

Le baromètre de la finance solidaire en hausse !

Finansol en partenariat avec le journal La Croix a récemment publié son rapport sur la finance solidaire en France.

Les français connaissent un intérêt particulier aux produits d’épargne solidaire. Celle-ci fit son apparition il y a 30 ans avec le Comité Catholique contre la faim et pour le développement (le CCFD) destiné à apporter des capitaux aux Institutions de Microcrédit et aux entreprises naissantes des pays émergents.

Lors de la publication du baromètre Finansol, on remarque que tous les indicateurs sont en hausse. Actuellement, l’encours de l’épargne solidaire s’élève à 4,7 milliards d’euros, il s’agit de sa meilleure progression annuelle depuis 2009.

L’objectif recherché par Finansol, à savoir, parvenir à ce que1% du patrimoine financier des français soit investi dans la finance solidaire, pourra être atteint sans doute plus tôt que prévu.

L’encours du financement solidaire à savoir le montant réellement investi dans les projets solidaires est de 1,024 milliard d’euros, représentant une hausse de 16,5% par rapport à 2011.

Cette forte augmentation s’explique par le développement de l’épargne salariale solidaire, la bonne tenue des marchés financiers en 2012, la hausse de la collecte sur les livrets bancaires (via la hausse des intérêts) et la réussite des entreprises solidaires qui sont parvenus à lever des capitaux.

L’épargne solidaire a permis :

  • De soutenir 12 000 entreprises et la création ou la consolidation de pas moins de 36 000 emplois
  • Loger 4 400 personnes en situation de précarité
  • Approvisionner 4 000 ménages en électricité renouvelable (orienté plutôt vers les énergies solaires et éoliennes
  • Soutenir la filière de l’agriculture biologique
  • Financer 20 millions de personnes habitant dans les pays en voie de développement et qui souhaitent créer leur propre activité

  • La hausse des intérêts des livrets, la bonne tenue actuelle des marchés financiers et une meilleure visibilité de l’économie sociale ont considérablement conduit à l’essor de la finance solidaire en 2012.

    Ainsi, des projets soutenus par l’épargne solidaire ont pu voir le jour notamment dans le domaine du logement avec de nouvelles idées pour la protection de l’environnement. C’est le cas du groupe Chênelet ou de Tell’CoBois, entreprise créée en 2007, construisant des maisons à faible consommation d’énergie à l’aide de matériaux écologiques.

    Selon François De Witt, président de Finansol plusieurs pistes pour l’avenir sont envisageables :

  • Développer l’assurance-vie solidaire, cette épargne représentant 40% du patrimoine financier du patrimoine financier des ménages
  • L’investissement dans l’immobilier via des sociétés civiles de placement immobilier capables de financer des structures comme Habitat & Humanisme ou Solidarités Nouvelles pour le Logement
  • Enfin, pour l’environnement, il serait envisageable d’accorder des prêts avantageux à des particuliers qui souhaiteraient s’équiper en pompes à chaleur, panneaux solaires…

  • Ainsi de nombreuses possibilités sont envisageables pour atteindre la barre symbolique des 1% du patrimoine financier des français placé dans la finance solidaire !

    Sources : Finansol - La Croix

    Tags : Finance solidaire,MicroWorld,microfinance,Finansol,France