Actualités

04.09.2013

|

Qu’est ce que la finance responsable ?

MicroWorld vous présente aujourd’hui comment s'articule la finance responsable et quelles sont les actions mises en œuvres dans ce sens.

Est-ce responsable lorsque une coopérative financière communique mal vis-à-vis de ses clients quant au taux d'intérêt pratiqué (oubliant de mentionner que le prix est par mois, calculé sur une base forfaitaire et que celui-ci exclut les frais) ? Est-ce responsable lorsque la brochure d’une Institution de MicroFinance déclare qu’elle sert les pauvres mais que celle-ci échoue à analyser la pauvreté et le statut de ses clients actuels ?

La réponse est évidemment « non » ! Un secteur fondé sur l’idée de faire bénéficier à des clients mal desservis en produits financiers des services de qualité doit cependant veiller à ce que les institutions de microfinance accordent une attention particulière à leur responsabilité vis-à-vis de leurs clients car ceux-ci sont potentiellement vulnérables.

De nombreuses institutions de microfinance et d’autres intervenants du secteur se concentrent principalement sur la nécessité de fournir des services sûrs, qui offrent un bon rapport qualité/prix et enfin qui génèrent des bénéfices pour les clients pauvres. C'est ainsi que trois grandes stratégies ont été mises au point afin de faire progresser la finance responsable.

La première étant la protection du consommateur. Celle-ci étant assurée par les autorités financières qui établissent et appliquent des règles afin de s’assurer que les services sont proposés de manière transparente. Cette stratégie vise les fournisseurs qui se doivent de traiter les clients de manière éthique et ne pas les pousser au surendettement et de détenir des mécanismes afin de répondre efficacement aux plaintes de ces derniers.

La seconde stratégie dans le cadre d’une finance responsable est l’action par laquelle le fournisseur améliore lui-même son comportement et ses services à l’aide de standards ou bien de codes de conduites.

Enfin, la dernière stratégie comprend des interventions visant à informer les clients, à renforcer leur capacité financière et à les aider à adopter un comportement responsable.

Pour les fournisseurs ayant pour mission de développement de servir les plus pauvres, la finance responsable possède deux dimensions : la protection du client et la gestion de la performance sociale.

Le mandat concernant la protection du client s’étend sur tous les fournisseurs de services financiers pour les faibles revenus et autres clients vulnérables. Cependant pour les fournisseurs uniquement motivés par le profit, cette réglementation pourrait être la solution la plus pratique pour protéger les clients.

La seconde dimension, à savoir la gestion de la performance sociale, s’applique aux institutions prétendant avoir une « double bottom line », et est un outil permettant de mesurer la performance de l’entreprise en terme d’impact social positif. Ceci englobe donc la grande majorité des institutions de microfinance, des bailleurs de fonds ainsi que des organisations de soutien. Les missions de celles-ci peuvent être variées : la sensibilisation aux personnes défavorisées, la réduction de la pauvreté, l’émancipation des femmes etc.

Ce mouvement de la finance responsable dans le secteur de la microfinance est constitué d’une série d’initiatives bien coordonnées et qui œuvrent à la protection des clients, à renforcer la gestion de la performance sociale et à définir une charte de bonne conduite pour les investisseurs de la microfinance et ses donateurs. Parmi les plus importants : la Smart Campaign (qui a mobilisé 1000 fournisseurs, des dizaines de réseaux et d’associations et plus de 100 bailleurs de fonds afin d’améliorer les produits et les pratiques) ainsi que la « Social Performance Task Force » (qui lança récemment un consensus sur les standards en matière de gestion de la performance sociale).

Les bailleurs de fonds de la microfinance jouent un rôle essentiel dans la création d’incitations et de support de pratiques responsables auprès des IMF. Ainsi, des initiatives ont émergé pour engager les bailleurs de fonds à devenir plus responsables dans la façon dont ils traitent avec leurs partenaires.

Plus de 50 investisseurs ont encore récemment signé les « Principes pour les investisseurs de la finance inclusive » afin d’exprimer leur engagement à la cause.

Tags : microfinance, microworld, finance, solidaire, responsable, IMF, bailleurs de fonds, institution de microfinance

Source : CGAP

Cet article fait partie du dossier thématique :