Actualités

29.11.2013

|

Quand Londres et sa City se lancent dans la finance islamique

C’est un fait, la ville de Londres représente actuellement le plus grand centre de finance islamique hors du monde musulman.

N’en déplaise au Premier ministre britannique David Cameron qui a déclaré lors du Forum mondial de l'économie islamique : "Notre ambition est aujourd'hui d'aller encore plus loin !". D’ailleurs, celui-ci a également souligné le fait que "Londres et sa City sont déjà présent sur le secteur; plus de 20 banques britanniques offrent des produits financiers islamiques tandis que 49 obligations islamiques (communément appelées "sukuk") ont été cotées depuis cinq ans à la Bourse de Londres, pour une valeur avoisinant les 34 milliards de dollars".

Perspectives encourageantes

En outre, il semblerait que le secteur de la finance islamique, qui a enregistré un bond de 150% depuis 2006, devrait représenter plus de 1.300 milliards de dollars l'an prochain, selon les estimations du gouvernement britannique. Ce phénomène explique ainsi clairement la détermination perçue dans les propos de David Cameron quant à sa prise de position sur ce secteur : "Je ne veux pas que Londres soit seulement une grande capitale de la finance islamique dans le monde occidental, je veux que Londres soit avec Dubaï et Kuala Lumpur l'une des grandes capitales de la finance islamique dans le monde".

Initiatives de développement pour la finance islamique

Concrètement, la volonté de Londres de s'imposer comme l'une des places fortes de la finance islamique dans le monde passera notamment par l'émission d’un "sukuk", réalisée par le Trésor britannique. Soit une première mondiale pour un pays non musulman.

Pour information, les "sukuk" sont des certificats d'investissement conformes à la recommandation religieuse issue du Coran et interdisant aux fidèles de proposer ou de souscrire à un prêt soumis au principe de l’intérêt. Autrement dit, ces certificats d’investissement sont adossés à des actifs dont la performance rémunère l'apport en capital afin de contourner le système d'intérêt communément adopté en Occident.

On apprend ainsi que pour un montant de 200 millions de livres soit 234 millions d'euros, le titre de dette souveraine conforme aux principes islamiques pourrait être mis sur le marché dès l'an prochain. Le ministre des Finances George Osborne, espère ainsi que cette émission "agira comme un catalyseur" en attirant nombre d’investissements et en incitant les entreprises britanniques à suivre cette nouvelle voie pour lever des fonds.

Définition d’un nouvel indice

"Autre grande première mondiale pour la City", selon David Cameron, la Bourse de Londres s’apprêterait à lancer un indice islamique. Ce dernier devrait ainsi réunir les diverses entreprises répondant aux principes d'investissement de l'islam.

Pour le monde musulman, l'émission prévue de ce sukuk par Londres et la mise en place d’un indice islamique sont "des décisions plus que bienvenues", a précisé le président afghan Hamid Karzaï, selon qui la finance islamique peut jouer un rôle de "renforcement des valeurs éthiques et morales" dans la finance mondiale actuellement touchée par la crise.

Concrètement ce nouvel indice devrait permettre à Londres de contrôler si les nouveaux investissements issus de la finance islamique, sont bel et bien réalisés au sein de la Grande-Bretagne comme le souhaitent David Cameron et le gouvernement britannique.

Stimulation de la croissance

"L'investissement étranger crée de la richesse, des emplois et aide à générer de la croissance", a souligné le Premier ministre du Royaume-Uni dont le gouvernement s'est fixé pour priorité de renforcer les échanges avec les puissances émergentes.

D’ailleurs, il semblerait que le paysage londonien ait déjà été métamorphosé par la finance islamique. On sait par exemple que le Shard, (cette flèche constituée de verre, mesurant plus de 310 mètres et réalisée par l'architecte italien Renzo Piano), a été financé par le Qatar en partie grâce à des montages financiers conformes à la charia. Tout comme le village olympique réalisé et construit pour les Jeux Olympiques de Londres l'an dernier.

Ce sujet vous intéresse ? Consultez également notre article concernant la microfinance islamique et ses diverses spécificités : Qu'est-ce que la microfinance islamique ?

Sources : CGAP Le Portail Microfinance, L’Expansion, Forum mondial de l'économie islamique

Tags : Royaume-Uni, Londres, Qatar, finance islamique, monde musulman, forum mondial de l'économie islamique, microfinance, sukuk, indice islamique, MicroWorld, David Cameron, George Osborne