Actualités

16.04.2014

|

Quel constat pour l’économie sociale et solidaire en France en 2014 ?

Retour sur la situation de l'économie sociale et solidaire et des entrepreneurs sociaux en France en 2014 : les avancées, les obstacles, les défis à relever...

L’intérêt public grandit pour l’économie sociale et solidaire

Un Français sur trois a déjà entendu parler de l’entrepreneuriat social, 64% de l’économie sociale et solidaire. Soit plus de 7% par rapport à 2013.
Une évolution positive que note également la troisième édition du Baromètre de l’entrepreneuriat social, publié par Convergences.

Depuis ces dernières années, la médiatisation dans ce secteur s’est largement développée avec l’apparition de rubriques et sites spécialisés comme YouPhil.com, Socialter ou encore l’émission "Tous acteurs de changement" sur LCI.

Une tendance qui s’est intensifiée aussi grâce à la création d’un ministère délégué à l’économie sociale et solidaire, sous le précédent gouvernement. Sous le gouvernement Valls, Valérie Fourneyron prend donc la relève de Benoît Hamon sur le projet de loi-cadre sur l’économie sociale et solidaire.

Allier rentabilité économique et impact social

En France, les entrepreneurs sociaux sont fédérés au sein du Mouvement des entrepreneurs sociaux (MOUVES) qui définit l’entrepreneuriat social comme tel : "Les entreprises sociales sont des entreprises à finalité sociale, sociétale ou environnementale et à lucrativité limitée. Elles cherchent à associer leurs parties prenantes à leur gouvernance".

Ce mouvement mondial qui cherche à mettre l’efficacité économique au service de l’intérêt général via un renouvellement des modèles économiques dominants n’est pas dénué d’obstacles.
En effet, le manque de moyens financiers, la difficulté à développer des partenariats et le manque de reconnaissance des pouvoirs publics seraient les principaux freins à un développement massif de l’entrepreneuriat social.

Comment relever le défi ?

Selon les principaux acteurs du secteur, la clé serait d’arriver à construire un financement entre crowdfunding, finance solidaire, soutien des entreprises privées et subventions. Comme nous le précise Eve Durquety, responsable des projets liés à l’ESS à KPMG : "Seules les structures capables de structurer leur fundraising seront capables de tirer leur épingle du jeu dans les années à venir".

Malgré cette positive évolution, le secteur reste encore trop dans l’ombre et encore peu compris par les français : 70% des français n’auraient toujours pas entendu parler d’entrepreneuriat social.

Si vous souhaitez soutenir MicroWorld, l'un des acteurs important de la microfinance solidaire et du financement participatif en France, n’hésitez pas à financer des projets de micro-entrepreneurs en cliquant ici.

Source : YouPhil, MOUVES

Tags : entrepreneuriat social, MicroWorld, microfinance, crowdfunding, financement participatif